Expérience à Montpellier – Aro van Putte

Montpellier, je revient!

Le 29 juillet 2018 marquait le début de mon aventure inoubliable à Montpellier. Encore étonné d’avoir gagné un voyage dans le Sud de la France, j’ai fait mes valises. Pendant cette semaine, j’étais en l’agréable compagnie d’Eveline et Manon, que j’ai rencontré à l’aéroport d’Amsterdam. Après un vol de deux heures, notre avion a atterri à 19h00 à l’Aéroport Montpellier Méditerranée. On respirait l’air français, la semaine encore devant nous.

 

Dans l’aérogare, ma famille d’accueil me déjà attendaiet. Après un accueil chaleureux, je me suis aperçue que l’accent montpelliérain demandait un peu de temps pour s’y habituer, comme il diffère beaucoup de l’accent français qu’on apprend au lycée néerlandais. Monsieur et Madame Evariste, ma famille d’accueil, sont retraités, mais ils ont l’air jeune, social et actif. Ils m’ont amené chez eux à Jacou, où j’étais le seul hôte. Immédiatement, l’atmosphère était bon enfant. Nous bavardions de nos vies, intérêts et histoires. Vers 20h30, le repas était prêt et pour la première fois dans ma vie, j’ai mangé du fromage -évidemment- comme dessert.

 

Le lendemain, le stage commençait. En tramway montpelliérain, qui fonctionne parfaitement, ma famille m’a accompagné jusqu’à l’Alliance française. Le public qui visite cette école est très varié. Même dans ma ‘classe’ de 13 personnes, il y avait dix nationalités différentes. Ainsi, je me suis fait des nouveau amis danois, espagnols, français, philippins, suisses et anglais. A mon avis, cette variété a rendu la semaine beaucoup plus intéressante et surtout plus chouette.

 

Le sujet de la semaine était l’humour et la caricature. J’ai beaucoup aimé ce thème, parce qu’elle nous permettait de se rigoler et en même apprendre beaucoup sur le français. Pendant le stage, notre prof Céline -une femme jeune, sympa et marrante- mettait l’accent surtout sur les nuances et l’enrichissement du vocabulaire français, parce qu’il est très important qu’on connaisse les différences entre des mots qui se ressemblent. J’ai aimé apprendre ces distinctions assez précises, car grâce auxquelles, je peux m’exprimer plus clairement.

 

Comme les cours finissaient chaque jour à midi, Eveline, Manon et moi avaient l’opportunité de découvrir Montpellier. Une femme de l’Alliance nous a guidé dans le centre historique ensemble avec des autres étudiants. Comme cette partie de la ville est toute piétonne, on a pu regarder le jardin du Peyrou, l’église de Saint-Roch, la Place de la Comédie, l’Arc de Triomphe et tous les autres trésors de Montpellier sans stress. Contraire aux promenades dans la chaleur brûlant, nos deux visites calme à la plage pour bronzer, se baigner et se reposer ne pouvaient pas manquer non plus. À juste quarante minutes en tramway et navette, on est surpris par le sable blanc et la mer bleue. Un plongeon dans l’eau, même si elle n’est pas vraiment froide à une température de 26 degrés, donnait une rafraîchissement bienvenue.

 

Pour conclure la semaine, Eveline, nos amis Cezar et Noëmie et moi sommes allés aux Estivales de Montpellier vendredi soir. À ce festival hebdomadaire, on peut acheter des délices et des vins du monde entier, écouter de la musique live et rencontrer des nouveaux amis. Moi, j’ai mangé le rougail que j’ai acheté chez un homme créole. Pour le reste de la soirée, nous avons écouté la musique d’un groupe pop jouant de la musique des années ‘70 sur le podium des Estivales.

 

En résumé, j’ai passé une semaine merveilleuse qui m’a permis d’améliorer mes connaissances de la langue française, de rencontrer des nouveaux amis et de m’immerger dans la culture française. Je suis vraiment reconnaissant d’avoir été à Montpellier. Merci! Et une chose est sûre: Montpellier, je revient!